T’as jamais réussi à dunker, voici ton héros : Muggsy Bogues

Non classé

Oldman
août 22, 2016

Share

T’as jamais réussi à dunker, voici ton héros : Muggsy Bogues

Muggsy Bogues, de son vrai nom Tyrone Curtis Bogues, a été un joueur phare de la NBA pendant les années 90, tout particulièrement dans l’équipe des Charlotte Hornets pour laquelle il a joué de 1989 à 1998. Malheureusement, sa carrière a souvent été résumée à sa principale caractéristique physique : sa taille.

Larry Johnson et Alonzo Mourning en haut, Tyrone « Muggsy » Bogues en bas
Larry Johnson et Alonzo Mourning en haut, Tyrone « Muggsy » Bogues en bas

Eh oui, Muggsy était haut comme ta grand-mère avec son 1,60 mètre de hauteur (soit 5 cm de moins que Sarko, c’est dire) ce qui fait de lui le plus petit joueur ayant évolué en NBA (sinon, 1,60 m c’est aussi la taille de Kim Kardashian, Laure Sinclair, Emmanuelle Chriqui et Anne Roumanoff. Cherchez l’erreur …).

En plus, avec sa tronche à jouer dans Arnold & Willy, il n’était pas le joueur qui imposait d’emblée le plus le respect au contraire des pivots stars de son époque comme Pat Ewing, Zo Mourning ou Karl Malone ou les bad guys comme Dennis Rodman.

bon-anniversaire-muggsy-bogues-l

Muggsy, il avait une bonne tête, un putain de smile qui semblait dire qu’il était content d’être là. Il faisait pas le show comme les pseudo-stars d’aujourd’hui qui se la racontent parce qu’ils ont fait un double-double sur un malentendu. C’était un vrai bon joueur, rapide, vif, capable de coups de génie, de passes monstrueuses mais aussi de défendre sur des golgoths. Pour exemple, cette défense de feu sur MJ Air Highness himself ou le fameux contre sur Pat Ewing en 1996 (qui, au passage, faisait seulement 53 cm de plus …).

Sélectionné en équipe nationale, il remporte avec Team USA le titre de champion du monde en 1986. Néanmoins, sa carrière NBA chez les Hornets va être contrastée avec des années fastes comme les saisons 1996/1997 (demi-finale de conférence Est perdue contre les Knicks) et 1997/1998 (élimination par les futurs champions, les Bulls de Chicago) mais aussi avec des années bien moisies comme la saison 1988/1989 terminée avec le bilan miteux de 20 victoires pour 62 défaites (avec en prime, aucune série de deux victoires de suite, la loose …).

Pourtant, Muggsy Bogues a tout de même su briller comme le prouvent ses stats. Classé au 19e rang des meilleurs passeurs de l’histoire de la NBA avec 6726 assists en 889 matchs (soit 7,56 de moyenne), il a fait mieux en carrière que des top players comme Scottie Pippen (6135), Clyde Drexler (6128), Kobe Bryant (6306) et même Larry Bird (5695), Kareem Abdul-Jabbar (5660) et Michael Jordan (5633). En plus, loin d’être manchot, Muggsy c’est aussi 6858 points en carrière soit 7,7 pts/match et un titre de meilleur scoreur à trois points (en pourcentage – 85,7 %) lors des playoffs 1997.

spacejam

On se rappellera aussi (mais pas trop longtemps parce ça pique les yeux de le revoir aujourd’hui) que Muggsy Bogues a joué dans le film Space Jam aux côtés de MJ, Patrick Ewing, Charles Barkley et toute une flopée de joueurs NBA qui font un cameo dans ce film d’animation du réalisateur oublié, si tant est qu’on l’ait déjà connu, Joe Pytka (également coupable de la réalisation du film Deux dollars sur un tocard que personne ne connait non plus).

nba5

Par contre, on a tous en tête la musique du générique de R. Kelly dont les fameuses paroles « I Believe I Can Fly, I Believe I Can Touch The Sky » (si si, toi aussi tu l’as déjà chantée, complètement cramé, cette chanson stupide) se rapprochent étrangement de ce qui aurait été selon la Bible Wikipédia une devise de Muggsy Bogues « Peu importe la taille tant que les pieds touchent le ciel ! ». C’est beau comme du Christophe Mae … ou du Laure Sinclair.

Tags:

Leave Reply